celle que vous avez la est bonne pour la maison

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

— celle que vous avez la est bonne pour la maison. il vous en faut une autre pour les visites. j’ai vu ça, moi, du premier coup en entrant. j’ai l’œil americain.

il n’envoya point d’etoffe, il l’apporta. puis il revint pour l’aunage ; il revint sous d’autres pretextes, chemise ralph lauren tachant chaque fois, de se rendre aimable, serviable, s’infeodant, comme eut dit homais, et toujours glissant a emma quelques conseils sur la procuration. il ne parlait ppoint du billet. elle n’y songeait pas ; charles, au debut de [?351?] convalescence, lui en avait bien conte quelque chose ; mais tant d’agitations avaient passe dans sa tete, qu’elle ne s’en souvenait plus. d’ailleurs, elle se garda d’ouvrir aucune discussion d’interet ; la mere bovary en fut surprise, et attribua son changement d’humeur aux sentiments religieux qu’elle avait contractes etant malade.

mais, des qu’elle fut partie, emma ne tarda pas a emerveiller bovary par son bon sens pratique. il allait falloir prendre des informations, verifier les hypotheques, voir s’il y avait lieu a une licitation ou a une liquidation. chemise ralph lauren homme elle citait des termes techniques, au hasard, prononçait les grands mots d’ordre, d’avenir, de prevoyance, et continuellement exagerait les embarras de la succession ; si bien qu’un jour elle lui montra le modele d’une autorisation generale pour « gerer et administrer ses affaires, faire tous emprunts, signer et endosser tous billets, payer toutes sommes, etc. » elle avait profite des leçons de lheureux.

charles, naïvement, lui demanda d’ou venait ce papier.

— de m. guillaumin.

et, avec le plus grand sang-froid du monde, elle ajouta :

— je ne m’y fie pas trop. les notaires ont si mauvaise reputation ! il faudrait peut-etre consulter… nous ne connaissons que… oh ! personne.

— a moins que leon…, chemise ralph lauren Femme repliqua charles, qui reflechissait.

mais il etait difficile de s’entendre par correspondance. alors elle s’offrit a faire ce voyage. il la remercia. elle insista. ce fut un assaut de [?352?] . enfin, elle s’ecria d’un ton de mutinerie factice :

— non, je t’en prie, j’irai.

— comme tu es bonne ! dit-il en la baisant au front.

des le lendemain, elle s’embarqua dans l’hirondelle pour aller a rouen consulter m. leon ; et elle y resta trois jours.[?353?]

iii

c

e furent trois jours pleins, exquis, splendides, une vraie lune de miel.

ils etaient a l’hotel de boulogne, sur le port. et ils vivaient la, volets fermes, portes closes, avec des fleurs par terre et des sirops a la glace, qu’on leur apportait des le matin.

vers le soir, ils prenaient une barque couverte et allaient diner dans une ile.

c’etait l’heure ou l’on entend, au bord des chantiers, retentir le maillet des calfats contre la coque des vaisseaux. soldes ralph lauren la fumee du goudron s’echappait d’entre les arbres, et l’on voyait sur la riviere de larges gouttes grasses, ondulant inegalement sous la couleur pourpre du soleil, comme des plaques de bronze florentin, qui flottaient.

ils descendaient au milieu des barques amarrees, dont les longs cables obliques frolaient un peu le dessus de la barque.

les bruits de la ville insensiblement s’eloignaient, le roulement des charrettes, le tumulte

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »